Outils pour utilisateurs

Outils du site


labase:auto-gyneco:reu-190717

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

labase:auto-gyneco:reu-190717 [2019/09/25 16:25] (Version actuelle)
geronimo créée
Ligne 1: Ligne 1:
 +====== Compte-rendu de la réunion de l’atelier « auto-gynéco » du 17 juillet 2019 ======
 +
 +===== Présent-e-s =====
 +
 +Anne-Lise, Véro, Cathy, Pierre, Géro (rédacteur du CR qui est validé par les participant-e-s avant diffusion)
 +
 +===== Présentation de l’atelier =====
 +
 +L’atelier a pour but de documenter les pratiques d’auto-gynéco et aussi possibilité d’expérimentation in vitro et apprentissage de micro-biologie. Rappel : chaque participant-e a l’atelier est là pour sa propre formation, son auto-capacitation afin d’acquérir des connaissances et pas pour demander des conseils en terme de prescription. Ainsi, chaque personne sera responsable de ses échantillons. ​
 +
 +===== Préparation des futures expérimentations =====
 +
 +Juin : Lors de l’atelier,​ il a été prévu de tester à partir de Septembre prochain l’efficacité in vitro (i.e. dans des boites de Petri) de différentes molécules (huiles essentielles,​ argent coloïdale, argile, etc) sur des bactéries commensales (ex Lactobacillus). Ces Lactobacillus pourrait provenir de produits probiotiques achetés en pharmacie ou de prélèvements naturels. Par ailleurs, il a été évoqué le souhait de savoir faire une coloration de Gram à partir de prélèvements et observation sous microscope. ​
 +
 +Juillet : Discussion sur le fait que certaines molécules peuvent favoriser certaines bactéries (commensales) qui vont avoir une action compétitive sur d’autres (pathogènes). Il faudrait peut-être faire des co-cultures ?​ Avoir plusieurs espèces commensales et pathogènes ?​ Déposer sur la même boite et regarder les diamètres de croissance. Constat de commencer par le début : apprendre à cultiver les bactéries (non pathogènes). Ensuite, on n’est pas équipé pour manipuler des bactéries pathogènes ! (niveau de sécurité 2 minimum). ​
 +
 +Quelle dose à utiliser ? Il faut un contact entre la molécule et la bactérie :​ de fait, il faut qu’on retraduise cela in vitro. Faire un appel à témoignage aux personnes qui ont déjà utilisées personnellement les huiles essentielles dans leurs problèmes gynéco (quelles huiles utilisés, quelle concentration,​ quelle fréquence, etc). 
 +Faudrait-il suivre le taux de croissance de bactérie en liquide ? Pour cela, il faudrait construire un photomètre (Géronimo connaît des articles pour ça et expérience avec des collègues mexicains). ​
 +Diversion :​ hygiène buccale : bicarbonate de soude et ça marche bien contre les mycoses ! c’est pareil pour le vagin ? Hydralin est à pH=8,5 et est recommandé contre l’ « acidité » favorable au développement des mycoses. Effectivement,​ les Lactobacillus se développent bien à pH=6-7 mais ne meurent pas à pH 4,5. 
 +Recherche internet de protocole sur les infections vaginales fongiques… on tombe sur : « La moule farcie aux champignons »
 +faire deux manips : (1) culture de L. crispatus venant de la pharmacie et (2) faire une auto-identification pour observation sur lame (Anne-Lise entend : « observation de l’âme »?​) – coloration de Gram (cristal violet, iodine, alcool). Observation sous microscope (X1000). Test au potassium pour savoir si infection fongique (chercher protocole). Chaque personne réalise, analyse et interprète son propre échantillon en fonction des documents disponible ! Personne ne sera là pour conseiller quoi que ce soit.  ​
 +Attention :​ Mettre des gants parce cristal violet est toxique ! ​
 +==== Matériel à prévoir ====
 +
 +   * coton tige (mini 20 cm) stérile à usage unique
 +   * lame : Pierre
 +   * lamelle
 +   * huile pour immersion du microscope
 +   * Colorants pour coloration de Gram (cristal violet, iodine, safranine, alcool)
 +est ce que les microscopes fonctionnent ?​ Est-ce qu’on a une flamme pour fixer les échantillons ? ​
 +
 +===== Déclaration / consentement =====
 +
 +Faire un texte à donner à toutes les personnes qui viennent à l’atelier sur le but et le fonctionnement de l’atelier. Bien préciser que nous ne faisons AUCUN conseil, que chacune fasse sa propre identification. Préciser qu’on détruira tous les prélèvements après chaque observation ?​ « ça veut dire quoi ‘après’ ». Préciser la nécessité d’anonymisation de chaque lame par chaque personne. Combien de temps se garde la lame ? Non, c’est mieux que chacun-e fasse une photo de sa lame : ensuite, chacun-e nettoie à la javel sa lame. Dire pourquoi on fait ses propres prélèvements si on le désire, on sait ce qui va en être fait. Un autre papier que tu signes disant que tu es OK (qui t’implique). Qui conserve la signature ?​ Le BIB (à garder dans un lieu fermé). ​
 +Culture de bactéries isolées : n’appartiennent plus à la personne contrairement au « microbiote » qui, lui, a une valeur singulière (au même titre que le génome). Mais attention à ne pas cultiver des bactéries pathogènes :​ utiliser des milieux sélectifs (ex MRS qui sélectionne les Lactobacillus). ​
 +Véro : proposera un première version de la notice d’information. ​
 +
 +===== DIVERS =====
 +
 +Proposition de remplacement du paragraphe du CR de juin par : « nous sentons une incompréhension avec la CIBT (Coopérative intégrale du Bassin de Thau) à notre égard suite à leur CR du 27/04/19 : c'est plus simple qu’on en discute de vive voix dans la joie et la bonne humeur ! c’est mieux qu’on arrive à travailler ensemble, on va dans la même direction ! ». ​
  
labase/auto-gyneco/reu-190717.txt · Dernière modification: 2019/09/25 16:25 par geronimo